:: News .:. Documents .:. Forum .:. Downloads .:. Bibliographie .:. Liens .:. Contact  :: 


Home
  :. News
  .: Documents
    .: Notions
    .: Protocoles
    .: Sécurité
    .: Architecture
    .: Prog
    .: Systèmes
  :. Forum
  .: Downloads
  :. Bibliographie
  .: Liens
  :. Contact

Chat

  Nickname:


irc: #guill.net

Forum



 
WAP : Architecture  
 

 

2 - DESCRIPTION DE WAP

Ce chapitre sera divisé en plusieurs parties. Certaines de ces parties présenterontune vue d'ensemble du sujet abordé mais également des informations plus complètes pour ceux qui désireraient approfondir d'avantage. Pour bien saisir l'ensemble de cedocument, des connaissances (de base) sont requises dans lesdomaines suivants :

- Fonctionnement des réseaux
- Pile TCP/IP
- GSM/Radiotéléphonie numérique/Les systèmes de radiotéléphonie cellulaire
- Fonctionnement d'Internet
- Langage HTMLet XML
- Sécurité des réseaux
- Protocole PPP

2.1 - Fonctionnalités apportées par le WAP

Le protocole WAP(Wireless Application Protocol) offre l'accès à l'Internet à partir de terminaux mobiles. Il permet de visualiser du contenu issu du Web sur l'écran de quelques lignes d'un téléphone portable ou d'un assistant numérique.

A la fois mobile et personnel, le terminal compatible WAP ouvre un lien direct privilégié entre l'utilisateur et les services personnalisés tels que le commerce mobile (ou m-commerce),les services bancaires en ligne, les application géo-dépendantes, les supports des forces de ventes et de maintenance, etc. Plus techniquement, le WAP standardise l'échange d'informations entre le terminal mobile et une passerelle qui assure la liaison avec l'Internet. Cette passerelle assure la conversion des protocoles de transfert de données entre le monde d'Internet et le monde du GSM.

Tout comme pourle Web, le WAP a été conçu dans une approche client-serveur. Le terminal mobile incorpore un navigateur léger(l'équivalent d'Internet Explorer ou de Netscape Navigator) qui communique avec un serveur WAP. Les ressources des terminaux mobiles actuels étant limitées, le traitement des données est principalement assuré côté serveur. Les protocoles WAP se situant au dessus de la couche matérielle,le WAP est par conséquent indépendant du type de réseau de communication utilisé (GSM et bientôt GPRS et UMTS) ce qui lui procure une grande souplesse et une forte compatibilité au niveau de ses applications.

2.2 - Architecture matérielle générale du protocole WAP

Les architectures WAP reposent sur quatre briques technologiques, chacune étant nécesaire pour garantir l'acheminement d'un message par le protocole WAP :

- La mise enplace d'un serveur Web et (ou) applicatif disposant de contenu auformat WAP (ou plus précisément WML)
- L'intégration d'une passerelle ou d'un serveur WAP
- Le réseau de l'opérateur
- L'utilisation par le client d'un terminal WAP c'est à dire qui héberge un navigateur WAP

Les similitudes avec les architectures Web s'expliquent facilement. En effet, ces deux architectures remplissent la même mission, celle de générer des documents à partir de différentes sources de données et de les transmettre à un navigateur dédié.

Ce shéma représente le cas général, mais la passerelle peut être située à différents endroits sur le réseau.

Rappelons que le protocole WAP est indépendant des architectures matérielles utilisées par l'opérateur, ce qui lui permet de circuler sur des réseaux au format aussi divers que GSM, CDMA, TETRA...

Détails

Le schéma vu précédemment est en quelque sorte une vulgarisation de l'architecture WAP, en effet, celle-ci peut êtrevariée

1-le schéma ci dessous représente le matériel mis en oeuvre pour une connexion WAP dans la plupart des cas

Passerelle WAP chez l'opérateur

Cette solution technologique est celle qui est mise en oeuvre par les opérateurs téléphoniques pour que les usagers puissent accéder aux contenus WAP. Dans ce cas précis, l'opérateur hébergeaussi bien la passerelle WAP que le RAS (Remote Access Service) qui permet d'accéder à Internet. C'est cette solution, facile à mettre en oeuvre qui est utilisée dans le cas de la diffusion de contenus WAP sur les sites des opérateurs.

2-paserelle chez un fournisseur

Passerelle chez un fournisseur sans hébergement de sites web

Cette solution présente l'avantage, pour les fournisseur d'accès, de ne pas être dépendants des opérateurs téléphoniques et de pouvoir ainsi administrer leur propre passerelle WAP. Dans ce cas, seule la connectivité GSM/RTC des opérateurs est utilisée. L'utilisateur compose ainsi directement le numéro du fournisseur qui devient donc un opérateur téléphonique alternatif spécialisé dans la connexion Internet via le WAP.

Si le fournisseur a également la vocation d'héberger des sites Web, on se retrouve dans la configuration ci dessous :

passerelle chez un fournisseur avec hébergement de sites web

Dansce cas, on ne parle plus de passerelle WAP mais bien de serveur WAP, puisque la machine qui l'héberge intègre à la fois la passerelle WAP mais aussi un serveur applicatif WAP. Le fournisseur devient donc un opérateur téléphonique alternatif spécialisé dans la connexion Internet via le WAP mais aussi dans la diffusion de contenus.

3-passerelle WAP en interne

Si le client veut garder la maîtrise complète des connexions WAP, il peut décider d'avoir sa propre passerelle WAP, on se retrouve alors dans la situation ci-dessous

passerelle wap chez le client

Cette solution peut être envisageable dans le cas d'applications WAP dédiées à une entreprise et exploitant des données sur l'Intranet.

2.2.1 - Le terminal (ou téléphone WAP actuellement)

Le terminal n'a d'utilité, vis a vis du WAP, que par l'existence de son navigateur WAP. Le navigateur se charge en effet de décoder les informations transmises par la passerelle WAP et qui ont été créées soit par le pull (demande de l'utilisateur) soir par le push(initiative d'un serveur). Il est comparable à un ordinateur doté d'une connexion Internet.

Détails

Même si les spécifications WAP sont actuellement dans la version 1.2, la plupart des navigateurs n'exploitent en fait que la version 1.1 voire 1.0. Contrairement aux idées reçues, les navigateurs sont rarement conçus par les fabriquants de téléphones mobiles (Alcatel, Ericsson, Siemens...) mais plutôt par des sociétés tierces telles que Phone.com ou Microsoft (qui restent des majors dans le développement du WAP).

Les plus connus sont :
-Phone.com UP browser 4.0: c'est l'un des premiers acteurs sur le marché des navigateurs wap. Celui-ci répond correctement à la norme WML 1.1 et de nombreux fabriquants de matériel lui font confiance.
-Navigateur 7110 : premier mobile en France à supporter le WAP, le 7110 de Nokia dispose de son propre navigateur qui répond à peu près aux normes WML 1.1
-Microsoft Mobile Explorer : ce navigateur est actuellement en préparation et devrait voir le jour dans le deuxième semestre 2000.

Le navigateur WAP est destiné à pouvoir afficher du contenu HTML et WML 1.1 sur tous les terminaux WAP utilisant Windows CE (utilisable donc par les PDAs:Personal Digital Assistant). Il est également possible d'avoir accès àdes sites qui diffusent du contenu WML directement sur son ordinateur. De plus en plus de navigateurs dédiés WAP s'intégrent au navigateur Web par défaut. Il existe également des émulateurs qui jouent le même rôle.

2.2.2 - La passerelle WAP

La passerelle est, en quelques sortes, l'élément cléde la communication dans le WAP, en effet, elle permet d'une part d'assurer la connexion entre le monde GSM et le réseau informatique (Internet ou Intranet), mais surtout, c'est elle qui code et décode les requêtes et les réponses entre le terminal mobile et le serveur Web.

Détails

La connexion GSM-Internet n'est pas, à proprement parler, intrinsèque au WAP. En effet on trouve sur Internet des dizaines de sites permmettant d'envoyer des SMS (Short MessageSystem) à n'importe quel mobile, preuve que la communication entre ces deux mondes est déjà faite. Par contre, le codage-décodage des requêtes est spécifique au WAP. Dans un souci d'optimisation de bande passante, chaque passerelle est chargée de compresser les requêtes qu'elle reçoit en un format binaire que le terminal devra décompresser et interpréter.

Si la passerelle intègre un serveur applicatif, capable de produire des documents spécifiques aux terminaux, on parle dans ce cas de serveur WAP. En effet, sans passer par Internet, on pourra bénéficier de pages au format WML sur son terminal. Cela est rendu possible par le biais de Servlets(petites applications JAVA implantées sur un serveur) ou de scripts générant du contenu WAP.

La figure ci-dessous détaille le fonctionnement de la passerelle WAP

Dans l'architecture d'une passerelle, on va retrouver un certain nombre de couches du protocole WAP ( à l'exception de la couche application WAE). La passerelle est chargée de convertir les données reçues dans les datagrammes WDP en paquets conformes au protocole HTTP pour pouvoir dialoguer avec des serveurs Web et vice-versa.

La figure suivante explicite la façon dont va avoir lieu un échange d'informations à travers une passerelle lors d'une requête.

1 - L'utilisateur appuie sur une touche de son téléphone à laquelle correspond une URL
2 - Une requête est envoyée à la passerelle configurée par défaut, en utilisant le protocole WAP
3 - La passerelle WAP crée une requête HTTP conventionnelle pour l'URL demandée et la transmet au serveur Web
4 - Cette requête HTTP est analysée par le serveur Web. Si l'URL correspond à un fichier statique (html), le serveur Web va chercher ce fichier et lui ajoute un entête HTTP. Si l'URL correspond à un script CGI ou autres, dans ce cas, le serveur lance l'application correspondante.
5 - Le serveur Web retourne le jeu de cartes WML avec l'entête HTTP ajouté, ou directement les données WML issues du script.
6 - La passerelle WAP vérifie l'entête HTTP et le contenu WML, et code le tout dans une forme binaire. La passerelle crée alors une réponse au format WAP qui est transmise au navigateur.
7 - Le navigateur reçoit une réponse. Il interprète le contenu WML et affiche la première carte du jeu de carte(voire description du langage WML).

Il est possible d'installer une passerelle WAP sur un ordinateur personnel. En effet, Kane est une version open source, et mêmesi elle ne respecte pas toutes les nouvelles spécifications, elle peut être suffisante pour de petites applications si elle est couplée à un serveur Web Apache sous Linux.

Vous pouvez consulter les sites
www.kane.org
www.wapgateway.org
www.apache.org pour plus d'information

2.2.3 - Le serveur Web

Il faut ici prendre un peu d'écart par rapport aux serveurs Web classiques qui existent sur Internet et qui n'hébergent que des pages HTML. En effet, dans l'architecture WAP, le serveur Web a le rôle de fournir des documents qui seront affichés sur le navigateur via la passerelle WAP. Ainsi, son but n'est plus seulement de fournir des documents au format HTML mais également au format WML (Wireless Markup Language), langage en vigueur sur les terminaux WAP. Pour cela, il pourra être couplé à des bases de données pour générer du contenu ou à des serveurs applicatifs (destiné à la traduction des pages HTML en WML par exemple).

De plus en plus d'hébergeurs de pages Internet proposent dorénavant un hébergement de pages WML et des scripts de test pour directement les visualiser dans votre navigateur préféré. Au prix de quelques efforts de compréhension du langage WML, vous aurez la satisfaction de disposer de pages dédiées au WAP. http://www.ifrance.com/a été le premier à proposer un hébergement de pages WML

2.2.4 - Le réseau opérateur

WAP est un protocole qui n'a pas été défini de façon propriétaire par un opérateur, bien au contraire, c'est tout un consortium qui a bâti cette norme. Ainsi, quasiment tous les types de supports physiques sont exploitables. Parmi les plus connus, on trouvera
- Le GSM (Global System Communication for Mobile)
- TDMA (Time Division Multiple Access)
- CDMA (Code Division Multiple Access)
- PDC (norme japonaise)
- SMS (Short Message Service)

Dela même façon, WAP a été développé dans un souci d'évolutivité. Les normes émergentessont également gérées :
- GPRS
- UMTS

 




Sondage

Quel est votre connexion à Internet aujourd'hui ?
 
RTC 56Kbps
ADSL simple de 128 à 2048 Kbps
ADSL + Téléphonie (+TV) de 128 à 2048 Kbps
ADSL simple jusqu'à 20Mbps
ADSL + Téléphonie (+TV) jusqu'à 20Mbps
Autres (RNIS, Satellites bi-directionnel...)
Total :
2647

Recherche


Docs
   Pflogsumm (Analyseur de log mail pour Postfix)
   Proftpd (Mise en service d'un serveur FTP avec proftpd sous Linux)
   Openldap (Mise en service d'un serveur LDAP sous Linux)
   Gestion des périphériques en c++ builder (Communication RS232 en C++ Builder)
   Les sockets windows (Windows Sockets : un cours accéléré)

guill.net©1999-2017