:: News .:. Documents .:. Forum .:. Downloads .:. Bibliographie .:. Liens .:. Contact  :: 


Home
  :. News
  .: Documents
    .: Notions
    .: Protocoles
    .: Sécurité
    .: Architecture
    .: Prog
    .: Systèmes
  :. Forum
  .: Downloads
  :. Bibliographie
  .: Liens
  :. Contact

Chat

  Nickname:


irc: #guill.net

Forum



 
WAP : Structure du protocole  
 

 

2.3 - Structure du protocole WAP

La structure du protocole WAP a été décomposée en 5 couches bien distinctes. La figure ci-dessous présente ces 5 couches :

Les couches dialoguent entre elles par le biais d'informations ou SDU (Service Data Unit) issues de couches adjacentes, auxquelles chacune rajoute son entête ou PCI (Protocol Control Information). Pour effectuer les fonctions spécifiques à chaque couche du protocole WAP, on utilise ce que l'on appelle des primitives, c'est à dire des fonctions représentant les services d'une certaine couche mais qui ne sont pas pour autant codées telles quelles dans les API (Application Programming Interface). Les primitives rencontrées dans le WAP sont de quatre types : requête (req), indication (ind), confirmation (cnf), réponse (res).

Il faut savoir que dans la pile WAP, les applications peuvent interagir avec les différentes couches c'est pourquoi on retrouve souvent à l'intérieur d'une même couche une séparation en deux (voire plusieurs) couches, l'une permettant de faire l'interface avec les couches applications et l'autre étant purement destinée aux services spécifiées dans la couche.

Il est important de garder en mémoire que WAP fonctionne sur des réseaux sans fil. De ce fait, il est primordial de faire transiter le minimum d'information sur le réseau. Pour cela , le protocole WAP a été développé de façon à minimiser le nombre de trames et la taille des en-têtes et donc d'augmenter le rendement (rendement double par rapport à HTTP pour de petites transactions).

WDP : Wireless Datagram Protocol

La couche WDP est à la base de la pile du protocole WAP. Elle assure l'indépendance vis à vis du type de réseau utilisé par l'opérateur. Pour cela, elle permet d'interagir avec les protocoles de transferts de données proposés par les opérateurs, en s'adaptant au mode de support utilisé. C'est par cette couche que sont transmis et reçus tous les datagrammes WAP.

Le protocole WDP s'intègre dans la couche transport du modèle OSI. Les fonctions qu'il assure sont :
- L'adressage des ports correspondant aux applications.
- Une fonction optionnelle de segmentation et ré assemblage
- Une autre fonction optionnelle de détection d'erreur

WTLS : Wireless Transport Layer Secure

La couche sécurité vient s'intégrer juste au-dessus de la couche transport de telle sorte qu'elle est située au niveau le plus bas possible, ce qui permet d'assurer grâce à des normes établies, une sécurité meilleure que si elle avait été seulement au niveau applicatif. Le protocole WTLS permet de respecter trois des quatre contraintes principales lorsqu'on parle de sécurité liée aux réseaux :
1 - la confidentialité : elle assure aux deux parties en présence (mécanisme client serveur) qu'elles sont les seules à avoir accès aux informations échangées. Ceci est assuré par un mécanisme d'encryption des données.
2 - l'intégrité des données : cela permet de s'assurer que les données n'ont pas été altérées par l'une ou l'autre des parties. On utilise pour cela des algorithmes de hashage pour s'assurer de la validité des données. Il y a une réémission si un changement d'empreinte est détecté d'un coté ou de l'autre
3 - l'authentification (coté serveur) : l'authentification a pour but de prouver qu'un tiers est bien celui qu'il prétend être. Des certificats permettent d'authentifier les serveurs.
Seul le principe de non-répudiation n'est pas géré par la couche sécurité : celle ci aurait pour but de faire preuve juridique qu'une transaction a bien eu lieu. Ce mécanisme est souvent associé à une signature numérique.

On peut penser que les mécanismes de sécurité mis en Suvre nécessitent de grosse puissance de calcul, mais il n'en est rien. WTLS a été pensé de manière à s'adapter aux capacités des réseaux et mobiles GSM, c'est à dire faible taux de transfert, interactions lentes, capacités de calcul et de mémoire limitées et restriction gouvernementale en matière de chiffrement.

WTP : Wireless Transaction Protocol

La couche WTP ou transaction : elle permet de gérer trois types de connexion
- classe0 : connexion à sens unique sans acquittement (non fiables)
- classe1 : connexion à sens unique avec acquittement (fiables)
- classe2 : connexion à double sens (avec accusé de réception) avec acquittement (fiable)

Ces trois types de connexions peuvent être asynchrones. Les acquittements peuvent être mis en attente et regroupés affin de réduire le nombre de messages échangés.
Il est facile à ce niveau de faire un parallèle avec le protocole TCP/IP, et il ne faut pas se laisser surprendre par le nom attribué aux couches, car dans le respect du modèle OSI, la couche transaction WAP est au niveau de la couche application et non plus de la couche transport. C'est en quelques sortes une pile browser allégée.
Cette couche sert ainsi d'interface avec le monde IP pour intégrer les données dans des paquets UDP/IP si le réseau supporte ce protocole.

WSP : Wireless Session Protocol

Comme son nom l'indique, la couche session permet d'établir une session entre un client et un serveur c'est à dire de définir les paramètres de connexion pour effectuer des transactions. La couche WSP permet ainsi à la couche application de bénéficier de deux types de sessions différentes :
- Session orientée connexion dans laquelle la couche session va interagir avec la couche transaction.
- Session orientée non-connexion dans laquelle la couche session va directement agir au niveau de la couche transport pour l'envoi de datagrammes bruts.

WAE : Wireless Application Environment

Comme son nom l'indique, la couche application se situe au niveau le plus haut de la pile WAP. elle a pour but d'offrir une connectivité grâce à laquelle les contraintes entre opérateurs téléphoniques, fournisseurs et constructeurs de terminaux disparaissent. Cette couche est un mélange de différentes techniques issues du Web et de la téléphonie. C'est par la couche application qu'est définie l'interface utilisateur sur son mobile et que des applications peuvent être développées. Cette couche intègre les spécificités du WML, du WMLScript et du WTA (Wireless Telephony Application : ensemble d'interfaces permettant d'accéder à différentes fonctions de téléphonie d'un terminal comme par exemple la composition d'un numéro).

 




Sondage

Quel est votre connexion à Internet aujourd'hui ?
 
RTC 56Kbps
ADSL simple de 128 à 2048 Kbps
ADSL + Téléphonie (+TV) de 128 à 2048 Kbps
ADSL simple jusqu'à 20Mbps
ADSL + Téléphonie (+TV) jusqu'à 20Mbps
Autres (RNIS, Satellites bi-directionnel...)
Total :
2650

Recherche


Docs
   Pflogsumm (Analyseur de log mail pour Postfix)
   Proftpd (Mise en service d'un serveur FTP avec proftpd sous Linux)
   Openldap (Mise en service d'un serveur LDAP sous Linux)
   Gestion des périphériques en c++ builder (Communication RS232 en C++ Builder)
   Les sockets windows (Windows Sockets : un cours accéléré)

guill.net©1999-2017