:: News .:. Documents .:. Forum .:. Downloads .:. Bibliographie .:. Liens .:. Contact  :: 


Home
  :. News
  .: Documents
    .: Notions
    .: Protocoles
    .: Sécurité
    .: Architecture
    .: Prog
    .: Systèmes
  :. Forum
  .: Downloads
  :. Bibliographie
  .: Liens
  :. Contact

Chat

  Nickname:


irc: #guill.net

Forum



 
Comment bien entretenir la santé de son ordinateur  
 

 

Qui n'a pas été victime d'une panne informatique plus ou moins mystérieuse alors que tout semblait bien fonctionner seulement quelques minutes auparavent ? On peut répondre, presque tous ceux qui possèdent un ordinateur ! En général les premiers responsables désignés sont les logiciels : erreurs de programmation, installation incomplète ou encore détérioration des ressources d'un logiciel. Seulement on n'oublie très souvent une autre responsable qui agit d'une manière sournoise : la poussière.

En effet, les ordinateurs sont non seulement des mangeurs de bits et d'octets, mais ils sont aussi de gros mangeurs de poussière ! La poussière est l'ennemi numéro 1 de l'informatique, par conséquent il faut la combattre sans pitié. En cours de fonctionnement un ordinateur de bureau a besoin d'être ventilé et aéré afin de ne pas surchauffer. Pour cela, le constructeur l'a équipé de un ou plusieurs ventilateur à ailettes, ce sont ainsi quelques m3 par heure d'air qui sont brassés pour évacuer la chaleur en dehors de la tour.

Dans un ordinateur les composants les plus sensibles à la poussière sont le dissipateur thermique du processeur (radiateur métallique fixé sur le boîtier du processeur), les transistors de puissance et le bloc d'alimentation (fig. 1).

Fig. 1 : les deux points sensibles : le processeur et l'alimentation.

Le dépoussiérage :

Avant de commencer, il faut bien sûr éteindre le PC et débrancher sa prise de courant (230 V). Un tournevis adapté aux vis, un pinceau à poils moyen et l'aspirateur de la maison seront nécessaires. Pour ouvrir l'ordinateur, il faut suivre les indications du constructeur ou de son revendeur. En général c'est assez facile : ce sont quelques vis à dévisser et/ou des clips à défaire. Certains d'entre vous hésitent "à mettre les mains dans le cambouis" comme disent les spécialistes ! mais il faut le faire pour la survie de la machine. Et puis le plus souvent on connaît un copain bidouilleur qui saura aider.

Pour ne pas faire d'erreurs, il faut adopter une méthode de démontage logique :

Commencer par retirer le boîtier puis le nettoyer, une éponge légèrement humide est idéale. On peut éventuellement utiliser du savon, mais en dose infime.

Après le boîtier, il faut dépoussiérer les éléments principaux de l'ordinateur avec le pinceau assisté de l'aspirateur ménager. Il est possible d'utiliser des aérosols d'air comprimé, mais ils ont l'inconvénient de ne pas éliminer totalement la poussière. Toutefois ils peuvent être intéressants pour les endroits inaccessibles ou indémontables. Le dépoussiérage de la carte mère est un jeu d'enfant, cependant il faut faire attention de ne pas heurter les composants électroniques car certains sont fragiles (les résonateurs quartz par exemple et les composants montés en surface appelés CMS). On n'oubliera pas également de nettoyer tous les recoins où la poussière a pu s'accumuler.

Pour ceux qui ont le courage ou qui sont habitués, n'hésitez pas à extraire la carte mère pour la nettoyer. Cela suppose bien sûr de déconnecter des câbles et autres nappes de bus sans oublier ensuite leur emplacement et le sens du branchement, sinon gare à la catastrophe !

Pour parfaitiser la séance de dépoussiérage, on n'hésitera pas à sortir le disque dur, le lecteur de CDROM, le lecteur de disquette et autres périphériques. Ils sont en général fixés au chassis par des vis ou glissés sur un rail. Là encore on fera attention aux nappes de câbles pour ne pas les rebrancher n'importe comment.

Sur certains PC, le processeur de la carte mère est équipé d'un ventilateur. Il faut le démonter soigneusement en notant son sens d'implantation. En effet, si on le remet à l'envers le flux d'air va s'inverser et réchauffer dangereusement le processeur au lieu de le refroidir. Le fil d'alimentation du ventilo doit aussi être rebranché dans le même sens sinon le mouvement de rotation des ailettes s'inverse ce qui est catastrophique pour la circulation de l'air. Les moteurs de ventilateurs sont toujours alimentés en courant continu d'environ 12 V et si l'on inverse la polarité + et - le sens de rotation du moteur change.

Le dépoussiérage de l'alimentation :

Le bloc d'alimentation de l'ordinateur est toujours enfermé dans un blindage métallique fixé au chassis par des vis ou clipé. Ce blindage évite la propagation du rayonnement électromagnétique des transformateurs vers la carte mère. Les interférences électromagnétiques ne sont pas les bienvenues en informatique, car elles peuvent provoquer des erreurs de calculs logiciels par l'intermédiaire des nappes de câbles qui se comportent comme des antennes radio. Tout cela peut très facilement modifier la fréquence d'un bus synchrone de transmission de données.

Après avoir extrait le bloc d'alimentation, il faut démonter son blindage et tout dépoussiérer. Concentrez-vous bien sur le travail que vous faites afin de ne pas oublier de vis et la position des éléments lors du remontage. Faites attention aux charges d'électricité statique des condensateurs de filtrage (jusqu'à 400 V), évitez de toucher le côté soudure du circuit imprimé d'alimentation.

Fig. 2 : attention aux condensateurs de filtrage.

Presque tous les ordinateurs sont équipés d'une alimentation à découpage, il faut donc bien dépoussiérer les radiateurs et les dissipateurs thermiques fixés sur les transistors de puissance et de commutation (fig. 2). On utilise ce type d'alimentation car elle offre un excellent niveau de sécurité en cas d'incident électrique (court-circuit ou autre). Parfois les blocs d'alimentation sont difficiles à démonter, il faut opérer avec ordre et sans se dépêcher. Quand il est nécessaire de débrancher des fils de masse ou de terre, il ne faut pas oublier de les reconnecter afin de ne pas compromettre la sécurité et l'anti-parasitage de l'ordinateur.

Il est important de bien éliminer la poussière des ventilateurs (y compris leurs ailettes) et au niveau des entrées d'air (fig. 3). Pour limiter la quantité de poussière aspirée par l'ordinateur, une astuce consiste à placer soi-même sur les entrées d'air un filtre du même type que ceux utilisés sur les radiateurs domestiques à céramique à soufflerie. Le filtre doit être très aéré pour ne pas réduire le flux d'air entrant dans l'ordinateur. Une réduction de ce flux signifie un accroissement de la température interne, ce qui peut être fatal à la carte mère.

Fig. 3 : arrière d'une tour : ventilations et entrée d'air.

Nettoyage du lecteur de disquette :

Bien que nous soyons en l'an 2001, la disquette existe encore ! Le lecteur de disquette est assez facile à extraire après quelques dévissages. Pour retirer le capot métallique il faut opérer avec soin, car les équipements internes du lecteur sont fragiles (essentiellement la tête de lecture/écriture et son support).

Le dépoussiérage s'effectue avec un pinceau et l'aspirateur sans oublier le volet amovible qui recouvre la fente d'insertion des disquettes. La tête de lecture doit également être nettoyée car celle-ci accumule des fines particules magnétiques arrachées de la surface des disquettes (ceci est un phénomène tout à fait normal puisque la tête touche le disque en cours d'utilisation). Lorsque trop de particules s'accumulent, elles risquent de magnétiser la tête ce qui peut provoquer un effacement des données au lieu de les lire. En outre cette accumulation peut éloigner la tête de la surface du disque et provoquer des erreurs de lecture ou d'écriture.

Pour nettoyer les deux têtes, utilisez un coton-tige que vous aurez légèrement trempé dans de l'alcool de pharmacie (90° ou 70°, surtout pas d'alcool à brûler). Frottez délicatement le fin entrefer métallique brillant dans le sens de la longueur puis laissez sécher. Vous pouvez ensuite remonter l'ensemble dans l'ordinateur.

Pour nettoyer les têtes du lecteur, il est nécessaire de soulever légèrement la tête supérieure (encadrée en rouge sur la figure 2). Enfin autre point important : au bout d'un certain temps d'utilisation, la vis sans fin qui assure le déplacement des têtes a tendance à sécher (manque de lubrifiant), appliquer quelques gouttes d'huile pour soulager la friction, mais attention utilisez exclusivement une huile ultra-légère. On peut par exemple en trouver chez les spécialistes du modélisme ou encore chez les revendeurs spécialisés dans les pièces détachées d'électronique de précision.

Fig. 4 : intérieur d'un lecteur de disquettes.

Après avoir nettoyer les têtes, il ne faut pas insérer de disquettes tant que l'alcool n'est pas intégralement sec.

Nettoyage de la souris :

Fig. 5 : le nettoyage de la souris.

La souris est le périphérique le plus facile à nettoyer, le constructeur a tout prévu : retournez la souris et tournez l'anneau retenant la boule dans le sens anti-horaire. Sortez la boule en caoutchouc et essuyez-la avec un chiffon propre et sec qui ne peluche pas. Retirez toute la poussière qui s'est accumulée à l'intérieur et notamment sur les roulettes qui sont entraînées par la boule. Nettoyez aussi dans les gorges de fixation de l'anneau de fermeture comme l'indiquent les flèches rouges sur la figure 3.

Pour éviter un encrassement rapide de la souris, il est indispensable de choisir un tapis d'excellente qualité de préférence ayant une surface en tissu assez ferme et qui n'accroche pas les débris de poussière. La qualité de la boule en caoutchouc a aussi son importance, mais souvent l'utilisateur n'a pas le choix. Si l'on peut, il faut opter pour une boule ayant une surface très ferme est d'aspect brillant. Les boules qui ont une surface mat retiennent beaucoup plus la poussière et l'entraînent à l'intérieur de la souris.

L'idéal est de s'équiper d'une souris sans boule qui détecte les mouvements grâce à un système électronique infrarouge. Ce type de souris existe sur les ordinateurs Macintosh G4 et devrait être disponible aussi sur les PC.

Le nettoyage des lecteurs de CDROM :

En principe il ne faut pas chercher à nettoyer à tout prix ce type de périphérique tant qu'il n'y a aucun problème de lecture et que les CD montent correctement sur le bureau (sous Windows ou sous MacOS selon l'ordinateur). N'oubliez pas que la mécanique des lecteurs de CDROM est très fragile et qu'il faut manipuler avec le plus grand soin (fig. 6). Ce principe de précaution est également valable pour les lecteurs de DVD, les graveurs (CDR, CDRW, DVD-RAM, etc) et autres types de lecteurs optiques.

L'élément principal de tous ces types de périphériques est le bloc optique laser similaire à celui qui équipe les lecteurs de CD audio des chaînes Hi-Fi et autres baladeurs. La cellule laser et l'ensemble du bloc optique sont relativement sensibles à l'électricité statique, il faut donc éviter de les manipuler avec les mains sans un minimum de précaution (ceux qui n'ont pas de bracelet antistatique à mettre autour du poignet, s'abstenir). En général le nettoyage de la lentille laser ne nécessite pas le démontage du bloc optique. Si c'est le cas, confiez le travail à un professionnel, sauf si vous êtes vraiment un connaisseur averti.

Fig. 6 : détails du bloc optique.

Les lentilles Laser des lecteurs de CD audio des chaînes Hi-Fi, baladeurs et autres discman sont réalisées en verre de silice pur à 99,9 %. Le nettoyage de ces lentilles peut s'effectuer à l'aide d'un coton tige trempé dans de l'alcool de pharmacie (90° ou 70°). Nettoyez en effectuant un petit mouvement circulaire sans forcer sur la lentille.

Pour les lentilles des lecteurs de CDROM, des graveurs et autres périphériques informatiques optiques, il en va tout autrement. Les lentilles sont réalisées en plexiglass de très haute qualité. Donc attention lors du nettoyage : n'utilisez jamais d'alcool ! le plexiglass ne le supportera pas longtemps. Trempez le coton tige dans de l'eau puis effectuez le même petit mouvement circulaire que précédemment.

Mais au fait pourquoi utilise-t-on des lentilles en plastique en informatique ? La raison est toute simple : étant donné que le temps d'accès aux données est considérablement accéléré (lecture jusqu'à 60 X, c'est-à-dire 60 fois plus rapide qu'un CD audio), le bloc optique mettrait trop de temps pour modifier son tracking et son asservissement avec une lentille en verre (mais c'est qu'une lentille en verre pèse lourd !). Les constructeurs cherchent donc à alléger au maximum la charge du moteur de tracking. Enfin dernière raison : l'indice de réfraction du verre n'est pas adapté aux diverses longueurs d'ondes et puissances des faisceaux laser utilisés pour la gravure des CDR et des CDRW sans oublier bien sûr les DVD.

Fig. 7 : mécanique d'un graveur Philips de CDR/CDRW.

Le nettoyage des imprimantes :

Je vais me limiter seulement aux imprimantes à jet d'encre, car je n'ai aucune connaissance des imprimantes laser. L'entretien n'est pas très compliqué : il faut se contenter de passer l'aspirateur là où l'on peut en prenant soin de ne pas détériorer la mécanique. L'élément le plus fragile est la tête d'impression. Il ne faut surtout pas la heurter ou la déplacer sur son axe.

Lorsque l'axe sur lequel se déplace la tête d'impression a tendance à s'assécher (manque de lubrifiant), n'hésitez pas à ajouter quelques gouttes d'huile ultra-légère réparties tout le long du parcours. Cela évitera une usure prématurée de la mécanique. Pour nettoyer d'éventuelles taches d'encre, utilisez simplement un petit chiffon humidifié d'eau chaude.

Le nettoyage des scanners :

L'entretien se résume à deux actions : nettoyer régulièrement la vitre du scanner avec un chiffon propre en utilisant un produit à vitre non abrasif. Ne pulvérisez pas directement sur la vitre, mais sur le chiffon. Enfin pour ceux qui en ont le courage, déposez quelques gouttes d'huile ultra-légère sur l'axe métallique le long duquel se déplace la rampe lumineuse. Les scanners sont en général faciles à ouvrir (quelques vis à défaire).

Le nettoyage des moniteurs :

Il existe actuellement deux types de moniteurs sur le marché : les moniteurs à tube cathodique et les moniteurs à cristaux liquides appelés aussi LCD. Pour les moniteurs à tube cathodique, l'entretien le plus courant est de nettoyer la surface de l'écran avec un produit à vitre non abrasif. Ne vaporisez jamais directement sur l'écran, mais sur le chiffon. En outre, le moniteur doit obligatoirement être éteint pendant le nettoyage. Pour les moniteurs à cristaux liquides (LCD), n'utilisez surtout pas de produit à vitre, mais seulement un chiffon humide d'eau très légèrement savonneuse. Pendant que vous passez le chiffon sur l'écran LCD n'appuyez pas trop fort car ce type d'écran est beaucoup plus fragile. Il doit galement être impérativement éteint au cours du nettoyage.

Enfin pour ceux qui ont un tube cathodique, il peuvent l'ouvrir pour dépoussiérer à l'intérieur. Mais il faut être très prudent avec l'alimentation du tube. En effet, celle-ci comporte un étage à haute tension qui peut aller jusqu'à 30 000 V. N'y mettez jamais les doigts et débranchez toujours avant d'ouvrir le capot. N'oubliez pas non plus qu'un moniteur même débranché depuis plusieurs mois contient encore des charges électriques dangereuses. Je tiens beaucoup à insister à ce sujet, car les accidents avec ce type de matériel peuvent avoir de lourdes conséquences !!

On ne le répétera jamais assez : soyez très prudent, LE DANGER EST REEL !

Pour les moniteurs à cristaux liquides, il ne faut jamais les ouvrir car la face interne de l'écran est extrêmement fragile. Elle est constituée de transistors transparent appelés TFT (Thin Film Transistors) noyés dans une solution de cristaux liquides le tout enfermé hermétiquement entre deux plaques de verre. C'est le changement de polarisation des cristaux qui forme l'image en fonction des instructions générées par le pilote électronique.

Et les Macintosh qu'en est-t-il du nettoyage ?

Les heureux possesseurs d'un ordinateur Macintosh (MacOS comparé à Windows c'est le rêve !! :-) ) auront également droit à un nettoyage périodique. Rassurez-vous tout ce qui vient d'être dit est applicable aux Macs avec en prime l'avantage d'avoir un ordinateur plus facile à démonter qu'un PC (décidément le grand Bill Gates n'a pas beaucoup de bons points !). Dans l'ensemble Apple rend l'accès assez facile sauf peut-être pour les ordinateurs portables (Powerbook et autres I-book). J'en ai l'expérience puisque j'utilise un Power PC G3 à 266 MHz (cela fait 10 ans que je suis accro du Mac !).

Bon assez de plaisanteries. Voilà nous avons fait un bon nettoyage de printemps, à vos aspirateurs et balais et bon courage à tous. Dernière précaution avant de se quitter : n'oubliez pas qu'il vous est interdit d'ouvrir un ordinateur tant que la garantie n'est pas écoulée, sinon vous risquez d'être très mal vu par votre revendeur ou par le constructeur, de plus cette garantie sera annulée.

Bien sûr remarques et suggestions sont toujours les bienvenues en m'écrivant. Un grand merci à Guillaume DESGEORGE qui m'a inséré dans son Journal des Réseaux.

David GESTALDER
 




Sondage

Quel est votre connexion à Internet aujourd'hui ?
 
RTC 56Kbps
ADSL simple de 128 à 2048 Kbps
ADSL + Téléphonie (+TV) de 128 à 2048 Kbps
ADSL simple jusqu'à 20Mbps
ADSL + Téléphonie (+TV) jusqu'à 20Mbps
Autres (RNIS, Satellites bi-directionnel...)
Total :
2888

Recherche


Docs
   Pflogsumm (Analyseur de log mail pour Postfix)
   Proftpd (Mise en service d'un serveur FTP avec proftpd sous Linux)
   Openldap (Mise en service d'un serveur LDAP sous Linux)
   Gestion des périphériques en c++ builder (Communication RS232 en C++ Builder)
   Les sockets windows (Windows Sockets : un cours accéléré)

guill.net©1999-2018